• Réseaux sociaux
  • Flux de production
  • CTP Offset AMSKY
  • Films numériques
  • Nouvelles Epson
  • Solution étiquettes
  • Finition numérique
  • SurePress L-6034VW
  • TM-C3500_7500
  • Nexpress
  • Solution epreuves
  • CTP Flexo Amsky
  • Impression Gd format
Bonjour, indentifiez vous
Espace client

Accéder à votre espace personnel, transmettre votre commande, une information en particulier,
transmettre des documents, recherche de tarif.

Connexion espace Client

Vous n’êtes pas encore client ? Inscrivez-vous

Rappel immédiat
Connexion téléphone
Dossier du mois
IMPRESSION NUMERIQUE ETIQUETTES 10/06/2015

L'atout jet d'encre

Forte concurrence, pression sur les prix, réduction des volumes, généralisation des courts tirages : l'impression d'étiquettes n'échappe pas à la tendance générale vécue par l'ensemble des segments de marché des industries graphiques. Les technologies d'impression jet d'encre apportent désormais un nouveau souffle aux imprimeurs d'étiquettes. 

Perçue à ses débuts comme un concurrent, voire une menace pour l'impression conventionnelle, le numérique est désormais pleinement accepté comme une technologie complémentaire qui, une fois maîtrisée et intégrée au sein d'un parc de presses conventionnelles, permet à l'imprimeur de retrouver une nouvelle rentabilité sur les courts tirages et de gagner en flexibilité, donc de s'adapter aux nouvelles demandes d'une clientèle plus exigeante, obligée elle aussi d'être plus réactive et compétitive. La capacité de répondre présent lorsqu'un client demande l'impression d'un lot de 10 000 étiquettes, dont 500 doivent être livrées le soir même en prévision d'une opération portes ouvertes le lendemain, n'est que l'un des nombreux exemples de ce que permet l'association de technologies d'impression numérique et conventionnelles.

La percée du jet d'encre

Dans le monde de l'imprimerie, la pénétration du numérique est une réalité depuis plusieurs années, poussée par des unités d'impression exploitant une technologie xérographique bien adaptée à la production de documents commerciaux ou de travaux de ville. Le secteur de l'emballage et, plus particulièrement, celui de l'impression d'étiquettes a toutefois tardé à se laisser convaincre par le numérique. Il faut dire que la technologie xérographique, faisant usage de toner, se prête moins bien à la variété de supports utilisés pour l'impression d'étiquettes et parvient avec difficulté à offrir un fort degré de résistance, ce qui implique l'application d'un vernis qui impacte le temps de réalisation ainsi que les coûts de revient, relativisant les atouts du numérique.

Aujourd'hui, toutefois, l'impression numérique a droit à une seconde chance sur le marché de l'impression d'étiquettes grâce à une technologie alternative : le jet d'encre. Cette technologie souvent perçue comme la plus porteuse d'avenir pour le secteur graphique, a révolutionné tour à tour quasiment tous les segments de marché de l'impression professionnelle, à tous les niveaux de la chaîne graphique. Associé à des technologies de gestion de la couleur très performantes, à l'image de la technologie EFi Colorproof, le jet d'encre DOD (drop on demand) a littéralement balayé toutes les anciennes technologies de calibrage des couleurs. Dans l'impression de production, le jet d'encre s'est imposé il y a plus de dix ans dans l'impression transactionnelle à haute vitesse, de type Versamark chez KODAK. Au cours des dernières années, le jet d'encre a transformé l'impression grand format (production d'affiches, marquage de véhicules, habillage de bâtiments, décoration de points de vente, etc...). Aujourd'hui, le jet d'encre tente de concurrencer l'offset avec despresses spécifiques de type JetPress FUJI ou TruePress SCREEN. Mais l'une des nouvelles applications les plus séduisantes du jet d'encre, à l'heure actuelle, est sans conteste l'impression d'étiquettes, grâce à la SurePress Epson ou aux imprimnates TM-C3500 et TM-C7500. Dans le domaine de l'étiquette, le jet d'encre concrétise toutes les promesses de l'impression numérique. Il permet d'adresser le segment des courts tirages, avec un retour sur investissement plus rapide qu'avec des technologies d'impression offset ou flexo, notamment en éliminant la fabrication de plaques et en simplifiant le calage. Les encres utilisées apportent la résistance nécessaire pour une utilisation immédiate des étiquettes, sans nécessiter l'application d'un vernis. Les encres apportent également la flexibilité nécessaire pour accepter une très large variété de supports. Enfin, l'impression numérique jet d'encre ouvre la voie à la personnalisation d'étiquettes, grâce à la technologie de données variables.

 

TECHNOLOGIE SUV 27/01/2015
La nouvelle génération d'imprimantes associe la technologie UV à base de solvant, communément appelée SUV ou FUZE suivant le fournisseur de matériel.

Le SUV est une combinaison de deux technologies d'encres. Vous bénéficiez non seulement de la souplesse de l'encre à solvant, de sa solidité lumière mais aussi de la résistance aux contraintes mécaniques et à la brillance qu'apporte la technologie UV aux impressions. L'aspect final est lisse et brillant !

 

Comment cela fonctionne t il ?
L'encre SUV contient un composant solvant et un composant encre UV. 


1ère étape : L'encre est déposée sur le support, Le composant solvant attaque le surfaçage et permet ainsi la fixation du pigment. Au même moment, le composant UV produit un film d'encre au dessus du pigment.


2ème étape : Grâce à l'adjonction des séchages de la lampe et des plateaux situés sur l'imprimante, le solvant s'évapore et le faisceau UV vient polymériser la surface de l'impression ce qui lui confère une très grande résistance aux agressions mécaniques et aux intempéries.


Avec les encres SUV, la fixation et le séchage sont immédiats. Le temps nécessaire au séchage disparaît. Le post-traitement, telle la lamination, peut être réalisé sans attendre ou supprimer sur la plupart de vos impressions intérieures / extérieures.

Les performances du SUV sont supérieures à celles de l'encre à solvant en termes de résistance aux intempéries et à l'alcool. 

 

SUPPORTS

Film PVC, bâche, support rétroéclairé, papier à dos bleu, toile et la plupart des supports actuellement utilisés sur les machines à éco-solvant.

 

APPLICATIONS
Enseignes et affiches d'intérieur et d'extérieur, bannières et toute application grand format exigeant une définition et une longévité élevées.

NOUS SOMMES CHARLIE 12/01/2015
HOMMAGE A NOS MORTS.
HOMMAGE A LA LIBRETE D'EXPRESSION
 
NOUS SOMMES LIBRES ! 
DORURE NUMERIQUE 03/01/2014
Voir la vidéo
Vous êtes nombreux à posséder une presse numérique ou une imprimante laser et vous vous demandez comment apporter une valeur ajouté à vos imprimés. 

Dorure ? pelliculage ? vernis selectif ? Blanc ? hollogramme ? effets spéciaux ? 

Tout ceci est possible grâce à la solution Foiltech présentée dans la vidéo jointe. 

Le principe est très simple, vous appliquez, au travers d'un laminateur dédié, une teinte (couleurs métalliques, blanc, vernis) aux zones de toner imprimées sur votre copieur, imprimante laser ou presse numérique.
Le résultat est parfait ! le toner, servant de base d'accroche, fond sous l'effet de la chaleur du laminateur ce qui lui permet de recevoir par pression une teinte (couleur ou vernis) à l'endroit exact de l'impression laser initiale.

Aucune compétence particulière n'est requise pour produire des documents de qualité. 

Vous pouvez également protéger vos impressions en déposant un film brillant ou mat semblable à un vernis offset.

Solution présentée par Agedis en Région Rhône Alpes sur simple demande ou dans notre show room sur rendez vous.
IMPRESSION NUMERIQUE JET D'ENCRE : LES ENCRES UV 01/11/2013

Les encres à séchage UV existent depuis plusieurs années, mais ce n'est que récemment que l'équipement et la technologie requise pour l'impression à encre UV sont devenus abordables. Pour de nombreuses applications, les encres UV présentent de nombreux avantages sur les encres à base de solvants et c'est ce que nous explorerons dans cet article.

Les encres UV et l'environnement
Elles ne contiennent pas de solvants chimiques, contrairement aux encres traditionnelles. En fait, certaines encres classiques contiennent jusqu'à 70% de solvants. Lorsque les encres ordinaires sèchent, les solvants s'évaporent et libèrent des composés organiques volatils (COV). Les COV sont jugés nuisibles pour l'environnement. Dans de nombreuses cités, villes et municipalités, les émissions de COV libérés dans l'atmosphère sont contrôlées et réglementées. En outre, dans de nombreuses municipalités, il y a des lois limitant la quantité maximale de COV qu'un produit est autorisé à libérer durant sa phase de fabrication.
En utilisant des encres UV, une entreprise peut considérablement réduire l'impact de ses produits sur l'environnement. Les composés organiques volatils libérés par l'impression d'une étiquette enduite d'une encre à solvants ne peuvent avoir de conséquences significatives sur l'environnement. Cependant, les COV libérés par l'impression d'un million d'étiquettes en ont sûrement.
Si vous considérez la quantité d'étiquettes à imprimer dans le monde entier, l'utilisation d'encres à séchage UV pourrait avoir un impact extrêmement positif sur l'environnement.

Les encres UV et la vitesse de production
En fonction de la couleur et de l'intensité des rayons UV utilisés, la réticulation de l'encre UV se produit entre 0.04 et 0.05 seconde. Oui, ce n'est pas une faute de frappe. Les encres UV ont un temps de séchage phénoménalement rapide, permettant ainsi un rythme de production extrêmement élevée.
Mais ce n'est pas tout, les encres UV peuvent être utilisées avec des équipements de production haute vitesse sans avoir à utiliser ces gros séchoirs que requièrent les encres à base de solvants.

Les encres UV et la couleur
Parce qu'elles n'utilisent pas de solvant, aucun pigment de couleur n'est perdu pendant qu'elles sèchent. Ce qui permet une gamme de couleurs très nettes.
Pour l'impression en 4 couleurs, cette propriété fait que les encres UV sont le meilleur choix. Avec leur limpidité, leurs pigments broyés extrêmement finement et comme elles n'ont pas besoin, traditionnellement parlant, d'être séchées, les encres UV peuvent imprimer avec une linéature très élevée (couramment jusqu'à 175 lignes/pouce linéaire).

Le procédé d'impression de l'encre UV
L'encre est exposée à un rayonnement UV et une réaction chimique s'opère, un photo initiateur donnant lieu à la réticulation en solide des composantes de l'encre.
Habituellement, une lampe bridée à vapeurs de mercure est enchâssée de chaque côté de la tête d'impression, laquelle produit une grande quantité de chaleur afin de compléter le processus de séchage (cette lampe est utilisée pour les encres UV à radicaux libres, comme l'utilisent la plupart des systèmes à jets d'encre à plat).
Les encres UV ne s'évaporent pas, mais sèchent ou se stabilisent suite à cette réaction chimique.
Aucun produit ne s'évapore ou ne s'échappe, ce qui signifie qu'à peu de choses près, 100% du volume livré est utilisé pour la coloration.
Cette réaction se produit rapidement et assure un séchage instantané, avec pour résultat une image complètement sèche en quelques dixièmes de secondes. Cela permet aussi un rythme d'impression très rapide.

BONNES POUR L'ENVIRONNEMENT, BONNES POUR LES AFFAIRES !

L'IMPORTANCE DE L'ECLAIRAGE 04/10/2013
La qualité et quantité de lumière reçue par un imprimé influencent d'une manière considérable son rendu colorimétrique. Pour cette raison, les conditions d'observation doivent être établies et contrôlées. 
L'éclairage est caractérisé par sa source de lumière et d'indice de rendu de la couleur

La source de lumière se caractérise par une température de couleur, elle est exprimée en Kelvin (K). Lorsqu'elle est inférieure à 5 500 K, l'ambiance est jaunâtre et bleutée lorsqu'elle est supérieure à cette valeur.

L'indice de rendu de la couleur (IRC) est la capacité d'une lumière à restituer les différentes couleurs du spectre visible, sans modifier les teintes. L'indice RA représente la qualité de d'une lumière. Par définition, celle du jour est égale à 100.

Les tubes fluorescents « lumière du jour » sont accompagnés d'un tube bleu, ultraviolet et d'ampoules à incandescences afin de combler leurs insuffisances et s'approcher de l'illuminant normalisé. Nous obtenons ainsi une courbe spectrale très proche de l'étalon D65 (presse) ou D50 (prépresse) de la CIE.

Pour l'implantation, il est important de régler la hauteur de la source lumineuse de telle façon à obtenir 1500 Lux (+/- 250 Lux) pour avoir un niveau d'éclairement satisfaisant. 
. L'inclinaison doit se situer entre 20° et 30° et l'axe du tube longitunidal à la verticale du bord de la table de lecture 
. L'ensemble doit être exempt de sources lumineuses parasites (fenêtres par exemple) 
. Les murs ou parois environnants devront être peints dans des teintes neutres et mates
. Un plafonnier doit avoir un compteur horaire pour assurer un contrôle efficace

Jaunissement du blanc UV et des vernis UV 19/08/2013
Le jaunissement par la lumière solaire ne joue aucun rôle pour les étiquettes et les emballages en raison de leur bref cycle de vie. Par contre, le jaunissement du blanc UV et des vernis UV lors de la fabrication n'est pas souhaité. Certains photoinitiateurs et, dans une moindre
mesure certains liants sont la cause principale du jaunissement. Des produits de décomposition jaunâtres sont formés sous la source UV. Certains de ces produits de décomposition se retransforment à nouveau dans un intervalle d'une heure (= annulation du jaunissement), alors que d'autres restent sous forme de substances stables dans le film d'encre durci. Ceux-ci sont responsables du changement indésirable de nuance du
blanc et des vernis. La règle générale est la suivante : plus la dose d'UV est élevée, plus le jaunissement est important.
Certains photoinitiateurs fortement réactifs, ont tendance à produire plus de produits de décomposition jaunâtres.
C'est pourquoi les fabricants d'encres d'impression veillent à utiliser des photoinitiateurs qui ne jaunissent pas dans la formulation des blancs UV et des vernis
UV. 
L'imprimeur doit donc se procurer ces produits-là. En cas d'urgence - et s'il constate un jaunissement du blanc UV -
il peut mélanger une faible quantité d'azurant optique au blanc
LAMINATEUR CHAUD ou FROID ? 01/08/2013

Il existe deux grands procédés de plastification sur le marché. Lequel choisir ? 

La plastification à chaud utilise la chaleur pour faire fondre la colle du film de lamination. 

La plastification à froid utilise la pression pour lier le film de lamination. 

Toutefois, le choix entre ces deux laminateurs peut s'avérer compliqué et comme toujours, dépendant de vos applications et productivités.

1. En règle générale, le coût d'un laminateur à chaud est similaire à celui à froid. Ce qui n'est pas forcement le cas pour les consommables. Les fournitures à froid sont souvent plus chers.

2. Vitesse: Pour de simples plastification, l'énergie peut être inutile d'ou l'intérêt d'un système à froid. Cela signifie que ces équipements peuvent être facilement utilisés dans n'importe quel endroit et à tout moment. La plupart des rouleaux de plastification à chaud nécessitent entre deux et quinze minutes pour être à température de fonctionnement, de plus, la consommation électrique est supérieure.

3. Applications: Le Laminage à froid est idéal pour le contrecollage et une utilisation sur des documents tels que des photos, du vinyle et d'autres supports à basse température de fusion. 

Pour des impressions UV, le laminage à chaud est préféré au même titre que si l'on recherche à appliquer beaucoup de pression ou si on travaille avec un film thermique sur une face.

 

TECHNOLOGIE IMPRESSION JET D'ENCRE 10/05/2013
La technologie LED UV
En impression UV, les encres sèchent dès qu'elles sont exposées à la lumière UV et restent à la surface du support. Il est donc possible d'imprimer sur pratiquement n'importe quelle matière, couchée ou non, plastique, métal, en passant par le verre et le bois. Le séchage UV, au travers de rampes équipées de LED, permet une polymérisation immédiate. Par conséquent, aucun temps de séchage post-impression n'est requis ce qui génère des économies d‘énergie, d'encre, et une augmentation du flux de production. 
Avantage de taille : l'impression UV dégage moins de composés organiques volatils (COV) et est sans odeur grâce notamment à l‘absence de températures élevées par opposition aux lampes UV (ozone).
La vulnérabilité à la chaleur est l'un des problèmes associés à l'impression sur PVC. Certaine technologie LED UV n'émet pas de rayons infrarouges qui causent une déformation thermique du PVC. Cette technologie de séchage LED UV novatrice permet une impression sans souci sur PVC. Comme la technologie LED UV permet l‘impression sur supports thermosensibles, elle élargit les applications, autorisant celles qui étaient impossibles par le passé. 
Deux types d'encres, les encres UV souples ou rigides : L'encre UV souple peut s‘étirer jusqu‘à 200 %, tandis que l'encre rigide imprime sur des supports rigides. La propriété de l'encre souple permet l'impression d'applications telles que l'habillage de véhicule. L'encre séchée ne fissure pas, même lorsque la surface est pliée ou courbée.

Les marques commercialisées par AGEDIS : MIMAKI - FUJI - EPSON

La technologie Eco Solvant / Solvant
L'encre est
très résistante dans le temps, elle est parfaite pour les affichages en extérieur et peut être utilisée sur de nombreux supports tel que le papier, bâche, vinyle, tissus... 
L'encre Solvant dégage une forte odeur et des vapeurs dangereuses pour l'homme. Son
évolution ? l'encre éco-solvant. Cette dernière contient autant d'encre que les encres à solvant classique mais dégage moins d'odeur. Elle ne possède pas de composant nocif (comme le cyclohexane) et est biodégradable, mais contrairement à ce que l'on pourrait penser pas forcément écologique... La durée de vie d'une impression dépend de la qualité de l'encre, du support mais aussi de l'exposition aux intempéries et aux UV. En moyenne, sans protection (lamination) particulière, les couleurs restent lumineuses jusqu'à 3-4 ans, au-delà le visuel devient plus pâle.
Les marques représentées par AGEDIS : MIMAKI - OCE

Technologie Sublimation
La sublimation est le passage d'un corps de l'état solide à l'état gazeux sans passage par l'état liquide. 
2 grands procédés : Sublimation par transfert et Sublimation directe.

Sublimation par transfert : 
L'image est imprimée en mode miroir sur un papier de transfert puis elle est transférée sur le support final (textile, bois, objet, ...) par passage sous une source de chaleur (environ 200°C) et de pression. On utilise pour cela des presses à chaud ou des calandres selon le type d'objet ou de matière à transférer.

Avantages :
- Couleurs intenses et fidèles
- Détails très fins et grande précision d'impression
- Conserve l'aspect doux au toucher du textile
- Possibilité d'utiliser des textiles non couchés (min 70% polyester)
- Permet l'utilisation de supports rigides à revêtement polyester: aluminium, bois...
Inconvénients : 
- Procédé en 2 étapes
- Nécessité d'avoir 1 imprimante et 1 presse à chaud ou calandre
- Moins approprié pour les drapeaux

Sublimation directe : 
L'impression se fait directement sur le textile, qui se doit d'être couché, ce qui élimine l'utilisation d'un papier de transfert.

Avantages : 
- Couleurs intenses et fidèles
- Conserve l'aspect doux au toucher du textile
- Pas de besoin de papier de transfert
- Approprié pour les drapeaux
- Facilité d'utilisation
Inconvénients :
- Seulement pour les textiles
- Les textiles ont besoin d'un couchage
- Plus de consommation d'encre

Presses à chaud ou calandres :
Presse à plat 
Presse à mug 
Calandre

Applications :
De la confection à la décoration intérieure en passant par la signalétique, au marquage d'objets publicitaires, aux vêtements de sport, les applications sont nombreuses.
Décoration, signalétique intérieure : supports rigides (bois, aluminium, carrelage), ... 
Confection: textile, vêtement de sport, ...
Signalétique extérieure, décoration: textile, roll up, ...
Marquage d'objets: mug, coque de téléphone, tapis de souris, ...

Les marques commercialisées par AGEDIS : MIMAKI - EPSON

IMPRESSION WATERLESS 20/01/2013
Un procédé mature mais qui reste méconnu
Principe de fonctionnement

L'impression offset sans mouillage ou waterless reprend le même principe de fonctionnement que l'offset conventionnel avec l'utilisation d'une forme imprimante (plaque) qui va reporter l'image sur un blanchet avant d'être transférée sur le papier. La différence majeure tient au fait que la solution de mouillage est désormais supprimée, évitant ainsi toutes les contraintes liées à l'équilibre eau-encre de l'offset conventionnel.

La plaque est constituée d'un support aluminium, d'une couche de polymère encrophile et d'une couche de silicone. C'est donc la couche de silicone qui va jouer le rôle de l'eau, repoussant l'encre sur les zones imprimantes. Ce sont les propriétés physico-chimiques à la fois de l'encre et du silicone de la plaque qui vont permettre la bonne répartition de l'encre sur la plaque.

La viscosité de l'encre est également déterminante pour le bon transfert du film d'encre sur les différents rouleaux du groupe d'impression. C'est la température qui va faire modifier la viscosité de l'encre. Du fait de l'absence de l'eau de mouillage qui joue un rôle refroidissant, les rouleaux ont tendance à s'échauffer sous l'effet de la friction c'est pourquoi certains rouleaux de la batterie ainsi que les cylindres porte-plaque sont refroidis, garantissant une température constante et donc une viscosité optimale pour une qualité de transfert parfaite.

Avantages

Les avantages du procédé sans mouillage sont de natures économiques, qualitatifs et environnementaux:

. Pas d'équilibre eau-encre à atteindre donc les calages et les redémarrages sont beaucoup plus rapides, réduisant d'autant la gâche papier.
. Engraissement du point réduit, permettant l'impression de trames plus fines et de trame aléatoire.
. Qualité d'impression nettement améliorée (meilleur repérage des couleurs, meilleur contraste d'impression, plus de couleurs reproductibles).
. Pas de rejet d'eau de mouillage et des constituants chimiques qui la composent donc bénéfique pour l'environnement et coûts de retraitement réduits.Un procédé mature mais qui reste méconnu

Contraintes

. Coût des consommables (plaques et encres).
. Les plaques restent fragiles. Elles sont sensibles aux rayures, ce qui peut conduire à des défauts d'impression.
. Absence de solution de mouillage :
pas de lubrification automatique des plaques ;
augmentation rapide de la température (son contrôle est indispensable) ;
. viscosité et tack de l'encre élevés, ce qui nécessite un support résistant à l'arrachage.